Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Chaine d'Union
  • : Lettre d'actualité, avec un apport de symbolisme, et de spiritualité, accés le plus souvent sur un axe Moyen- Orient, Europe, et Amérique du Nord.
  • Contact

Recherche

Archives

13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 09:22

Le point de vue de Wafa Sultan (Aafaq.org) source « MediArabe.info »

 

 

 

 

Gaza, ou l'hypocrisie inégalée

 par Chawki Freïha - Beyrouth

 

 


La célèbre sociologue d'origine syrienne, Wafa Sultan, vient de publier l'un des points de vue le plus cinglants concernant la situation à Gaza. Elle plonge aux origines de l'islam pour expliquer le conflit entre deux conceptions diamétralement opposées : la culture de la vie contre la culture de la mort et du martyre. Elle s'appuie sur des exemples de l'histoire récente pour dénoncer une religion, une culture et une idéologie barbares... En voici les extraits les plus significatifs, traduits par Chawki Freïha.

 

 (...) Puisqu'il m'importe peu de satisfaire les uns, de défendre les autres ou d'éviter la colère des troisièmes, je peux dire que le Hamas n'est qu'une sécrétion islamique terroriste dont le comportement irresponsable à l'égard de sa population l'empêche de se hisser au niveau du gouvernement. Mais ceci est conforme à l'habitiude, puisque, à travers l'histoire de l'islam, jamais une bande de criminels islamistes n'a respecté ses adminsitrés. (...) Je ne prétends pas défendre Israël, puisque les Juifs ne m'ont pas demandé mon avis quant à leur terre promise. S'ils me demandent mon avis, je leur conseille de brûler leurs livres sacrés et de quitter la région et de sauver leur peau. Car les musulmans constituent une nation rigide exempte de cerveau. Et c'est contagieux. Tous ceux qui les fréquentent perdent la cervelle...

 

Avant la création de l'Etat d'Israël, l'histoire n'a jamais mentionné une guerre impliquant les Juifs, ni qu'un Juif ait commandé une armée ou mené une conquête. Mais les musulmans sont des combattants, des conquérants et leur histoire ne manque pas d'exemples et de récits de conquêtes, de morts, de tueries, de razzias... Pour les musulmans, tuer est un loisir. Et s'ils ne trouvent pas un ennemi à tuer, ils s'entretuent entre eux.

 

Il est impossible pour une nation qui éduque ses enfants sur la mort et le martyre, pour plaire à son créateur, d'enseigner en même temps l'amour de la vie. La vie a-t-elle une valeur pour une société qui inculque à ses enfants qu'ils doivent tuer ou être tués pour aller au Paradis ?

 

(...) Depuis le début de l'opération israélienne contre Gaza, je suis bombardée de courriers électroniques venant de lecteurs musulmans qui me demandent mon avis sur ce qui se déroule à Gaza. Je ne suis pas concernée par ce qui s'y passe, mais je suis intéressée par les motivations qui animent ceux qui m'écrivent. Je suis convaincue que ce qui les motive n'est pas la condamnation de l'horreur, ni la condamnation de la mort qui sévit à Gaza. Car, si la motivation était réellement la condamnation de la mort, ces mêmes lecteurs se seraient manifestés à d'autres occasions où la vie était menacée.

 

Ceux qui condamnent le massacre de Gaza, par défense de la vie en tant de valeur, doivent m'interroger sur mon avis à chaque fois que cette vie-valeur était menacée. Plus de 200.000 musulmans Algériens ont été massacrés par d'autres musulmans Algériens ces quinze dernières années, sans qu'aucun musulman ne s'en émeuve. Des femmes Algériennes violées par les islamistes ont témoigné et raconté que leurs violeurs priaient Allah et imploraient son Prophète avant qu'ils ne violent leurs victimes. Mais personne ne m'a demandé mon avis. Plus de 20.000 citoyens syriens musulmans avaient été massacrés par les autorités (Hamas en 1983) sans qu'aucun musulman ne réagisse et sans qu'aucun ne me demande mon avis sur ces massacres étatiques. Des musulmans se sont fait exploser dans des hôtels jordaniens tuant des musulmans innocents qui célébraient des mariages, symboles de la vie-valeur, sans qu'aucune manifestation ne soit organisée à travers le monde, et sans qu'on ne me demande mon avis. En Egypte, des islamistes ont récemment attaqué un village copte et ont massacré 21 paysans, sans qu'un seul musulman ne dénonce ce crime. Saddam Hussein a enterré vivant plus de 300.000 chiites et kurdes, et en a gazé beaucoup plus, sans qu'un seul musulman n'ose réagir et dénoncer ces crimes.

 

Au plus fort des bombardements de Gaza, une femme musulmane, fidèle et pieuse, s'est fait exploser en Irak dans une mosquée chiite, tuant une trentaine d'innocents, sans que les médias ou les musulmans ne s'en émeuvent. Il y a quelques mois, le Hamas avait aussi tué onze personnes d'une même famille palestinienne, accusés d'appartenir au Fatah, sans que des manifestations ne soient organisées en Europe ou dans le monde arabe, et sans qu'aucun lecteur ne m'écrive et ne m'envoie ses protestations.

 

Ainsi, la vie n'a pas de valeur pour le musulman. Sinon, il aurait dénoncé toute atteinte à la vie, quelle qu'en soit la victime. Les Palestiniens et leurs soutiens dénoncent les massacres de Gaza, non pas par amour de la vie, mais pour dénoncer l'identité dues tueurs. Si le tueur était musulman, appartenant au Hamas ou au Fatah, aucune manifestation n'aurait eu lieu.

 

(...) CNN a diffusé un documentaire sur Gaza montrant une femme palestinienne qui se lamente et crie : mais qu'on fait nos enfants pour être tués comme ça ? Mais qui sait. Peut-être qu'il s'agit de la même palestinienne qui se réjouissait il y a deux ans quand l'un de ses fils s'était fait exploser dans un restaurant de Tel-Aviv et qui disait souhaiter que ses autres enfants suivent le même exemple et devenir martyrs.

 

Mais quand l'idéologie et l'endoctrinement sont d'une telle bassesse, il devient normal que cette palestinienne perde toute valeur à la vie. Sinon, elle pleurerait ses enfants de la même façon qu'ils se tuent dans un attentat suicide à Tel-Aviv ou sous les bombes israéliennes. Car, la mort est la même qu'elle qu'en soient les circonstances, et elle demeure rejetée, et au contraire, la vie mérite d'être vécue et pleurée.

 

Dans ce cas, comment puis-je me solidariser avec une femme qui lance les youyous de jouissance quand l'un de ses enfants se fait exploser contre les juifs, et elle pleure quand les juifs tuent ses autres enfants ? Mais l'idéologie enseigne aux musulmans que tuer ou être tué permet au fidèle de gagner le paradis. Dans ce cas, pourquoi pleurer les Gazaouis alors qu'ils n'ont pas bougé le petit doigt pour les Irakiens, les Algériens, les Egyptiens ou les Syriens pourtant musulmans ?

 

(...) Après ce qui précède, je suis certaine que ceux qui m'écrivent et me demandent mon avis sur ce qui se passe à Gaza cherchent à me faire dire ce qu'ils peuvent utiliser pour m'incriminer et me condamner, ou pour me faire dire ce qu'ils ne peuvent exprimer eux-mêmes.

 

(...) Borhane, un jeune palestinien de 14 ans, a perdu il y a une dizaine d'années ses bras, ses jambes et la vue dans l'explosion d'une mine en Cisjordanie. La communauté palestinienne aux Etats-Unis s'est mobilisée pour lui venir en aide et financer son hospitalisation dans l'espoir de sauver ce qui pouvait l'être. Lors d'un diner de bienfaisance organisé à son profit en Californie, la plus riche palestinienne des Etats-Unis s'est présenté en grande fourrure, et a qualifié Borhane de héros. Elle s'est adressée à ce bout de chair immobile et inerte : Borhane, tu es notre héros. Le pays a besoin de toi. Tu dois retourner dans le pays pour empêcher les Sionistes de le confisquer... Mais l'hypocrisie de la palestinienne la plus riche des Etats-Unis l'empêche d'envoyer ses propres enfants défendre la Palestine contre les Sionistes. Exactement à l'image des chefs du Hamas qui demandent les sacrifices à Gaza, mais restent à l'abri à Damas et à Beyrouth.

 

(...) La guerre contre Gaza est certes une horreur. Mais elle a le mérite de dévoiler une hypocrisie inégalé dans l'histoire récente de l'humanité. Une hypocrisie qui distingue les Frères Musulmans syriens qui annoncent abandonner leurs activités d'opposition, pour resserrer les rangs contre les sionistes. Mais ces Frères musulmans ont-ils le droit d'oublier les crimes du régime commis contre les leurs à Hama, Homs et Alep ? Avant de se réconcilier avec le régime pour lutter contre les sionistes, ces Frères musulmans ont-ils dénoncé les crimes commis par leurs alliés et partenaires (dans la confrérie) en Algérie et en Irak ? Ont-ils dénoncé la mort de centaines de milliers de chiites en Irak sur le pont des oulémas à Bagdad, pulvérisé par l'un des vôtres conformément aux enseignements de votre religion de la paix et de la miséricorde ? Avez-vous une seule fois dénoncé les exactions contre les chrétiens en Irak ? Ou contre les coptes en Egypte ? Votre hypocrisie nous empêche de croire vos sentiments à l'égard des enfants de Gaza, puisque vous êtes responsables du pire.

 

(...) Essayons d'imaginer ce que le Hamas aurait fait du Fatah, et des autres, s'il possédait la technologie et les armes d'Israël ? Essayons d'imaginer ce que l'Iran aurait fait des sunnites de la région, s'il détenait les armes modernes que possède Israël ? Ce serait sans doute le massacre garanti.

 

(...) J'ai récemment rencontré un religieux hindou en marge d'une conférence consacrée à la guerre contre le terrorisme. Il m'a dit : « toutes les guerres se sont déroulées entre le bien et le mal. Sauf la prochaine, elle doit se dérouler entre le mal et le mal ». N'ayant pas compris ses propos, je lui ai demandé des explications. Il m'a dit : « Je suis contre la présence américaine en Irak et en Afghanistan. Si les Etats-Unis veulent gagner la guerre contre les islamistes, ils doivent se retirer et laisser les deux pôles du mal s'entretuer. Les sunnites et les chiites étant nourris sur la haine, vont se battre et se neutraliser ».

 

Tirant la conclusion de ces mots remplis de sagesse, on peut dire qu'Israël contribue aujourd'hui, inconsciemment, au succès de l'islam. En s'attaquant à Gaza, Israël pousse les musulmans à se solidariser et à surpasser leurs divergences. Et septembre noir en Jordanie est encore dans tous les esprits (...). Les exactions dont sont capables les arabes et les musulmans dépassent toute imagination. Un char jordanien avait écrasé un palestinien, puis le conducteur du char est descendu de son blindé et a bourré la bouche de sa victime avec un journal... Un comportement qu'aucun militaire israélien n'a eu à Gaza. Aussi, pendant les massacres de Hama en Syrie, des militants des Frères musulmans trempaient leurs mains dans le sang des victimes pour écrire sur les murs : Allah Akbar, gloire à l'islam. Je n'ai jamais entendu qu'un juif ait écrit avec le sang d'un autre juif des slogans à la gloire du judaïsme. Je le dis avec un pincement au cœur : pour sauver l'humanité du terrorisme, il faut que le monde libre se retire et qu'il laisse les musulmans s'entretuer.

 

(...) Je me souviens quand j'étais étudiante à l'université d'Alep, et quand l'ancien ministre syrien de la Défense Mustapha Tlass était venu nous rencontrer. Dans un élan d'hypocrisie, Tlass nous avait dit qu'« Israël craint la mort et la perte d'un de ses soldats lui fait peur et mal. Mais nous, nous avons beaucoup d'hommes et nos hommes ne craignent pas la mort ». Là réside la différence entre les deux conceptions et les deux camps, et le témoignage de Tlass semble avoir inspiré les dirigeants du Hamas aujourd'hui.

 

Ainsi, l'extermination de tous les enfants de Gaza importe peu aux dirigeants islamistes et du Hamas, la vie n'ayant aucune valeur pour eux. Ils se réjouissent simplement de la mort de quelques soldats israéliens. Pour les islamistes, l'objectif de la vie est de tuer ou de se faire tuer pour gagner le paradis. La vie n'a donc aucune valeur.

 

(...) Si le Prophète Mohammed savait que le Juif allait voler un jour à bord des F-16, il n'aurait pas commandé à ses disciples de tuer les juifs jusqu'au jour dernier. Mais ses disciples doivent modifier cette idéologie par pitié pour les générations futures, et pour sauver leur descendance et lui préparer une vie meilleure, loin de l'idéologisation de la mort.

 

Les musulmans doivent commencer par se changer, pour prétendre changer la vie. Ils doivent rejeter la culture de la mort enseignée et véhiculée par leurs livres. C'est seulement quand ils y parviendront qu'ils n'auront plus d'ennemis. Car, celui qui apprend à aimer son fils plus qu'à haïr son ennemi appréciera mieux la vie. Aussi, jamais la terre ne vaut la vie des personnes, et les Arabes sont le peuple qui a le moins besoin de la terre. Mais paradoxalement, c'est le peuple qui déteste le plus la vie. Quand est-ce que les Arabes comprendront-ils cette équation et commenceront-ils à aimer la vie ?

 

Traduction de Chawki Freïha

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Bouskila - dans Sur le Net ...
commenter cet article

commentaires

larguet 17/02/2009 16:23

LES RABBINS AUTORISENT LES MASSACRESLE MASSACRE BENIT PAR LES RABBINS JUIFS
Le comité des rabbins des colonies sionistes en Cisjordanie et dans la bande de Gaza a publié, dernièrement, une nouvelle Fatwa (consultation) qui approuve l’assassinat des femmes, des enfants et des civils innocents au Liban et en bande de Gaza. Cette consultation a été publiée suite à l'agression sioniste contre le Liban, tout en prétendant que cette Fatwa est tirée de leur ancien testament qui dit : « Toute personne ayant pitié des enfants de Gaza et du Liban, devient directement impitoyable avec contre les enfants israéliens ». Les rabbins juifs ont appelé les sionistes à se diriger vers le mur d'Al-Mabka (des pleurs) et prier pour que l'entité sioniste s’en sorte victorieuse de cette crise. On note que cette Fatwa n'est pas la première à appeler à l’assassinat des femmes et des enfants palestiniens, car en septembre 2004, un groupe de 14 rabbins sionistes, membres au comité des rabbins au conseil des colonies en Cisjordanie, a envoyé une lettre comportant une Fatwa au Premier ministre sioniste, Sharon, au ministre de la guerre sioniste précédant, Mofaz et au chef d'état major, Mushih Yalone, en approuvant l’assassinat des palestiniens civils y compris les enfants et les femmes. On souligne que 951 enfants palestiniens sont tombés en martyre et plus de 19 mille autres ont été blessés depuis le début de la deuxième Intifada d'Al-Aqsa à cause des agressions sionistes continuelles. Le ministère palestinien de la santé a publié un rapport couvrant la période entre le 28/09/2001 et le 20/7/2006, en affirmant que plus de 387 enfants palestiniens sont tombés en martyre en Cisjordanie alors que le reste (564 enfants) dans la bande de Gaza. Le nombre d’enfants blessés par les forces de l’occupation sioniste dans la bande de Gaza et la Cisjordanie a atteint 1881 blessés.( Posté le 26-07-2006 à 23:26:37)
Les rabbins se lachent
JERUSALEM POST http://www.jpost.com/servlet/Satelli...clé%2FShowFull Le conseil demande à l'armée "israelienne" d'ignorer la morale chrétienne et d'exterminer l'ennemi dans le nord et le sud.Le Conseil talmudique d'Israël a statué : "En temps de guerre, il n'y a pas de civils innocents "
par Khaled Amayreh4 août 2006
Le Conseil talmudique des rabbins et des sages de la Torah, connu sous le nom de "Yesha", qui représente les colonies juives de la Cisjordanie et de Jérusalem occupées, a statué qu'il est permis, et même souhaitable, de viser et d'exterminer les civils non-juifs en temps de guerre.Le dernier édit du conseil, publié mardi sur le site web israélien "Ynetnews" du journal Yediot Aharonot, a déclaré que "selon la loi juive, en temps de guerre, il n'existe pas de 'civils innocents' [dans le camp] de l'ennemi". "Toutes les discussions sur la moralité chrétienne affaiblissent l'esprit de l'armée et de la nation et nous coûtent le sang de nos soldats et civils", dit le texte. Le même conseil a publié une décision semblable il y a deux semaines, en conseillant à l'armée israélienne "d'exterminer l'ennemi" et de "ne pas hésiter à massacrer les civils ennemis". Le conseil décrit comme de la "moralité chrétienne" les conventions internationales et lois interdisant de prendre délibérément pour cibles les civils en temps de guerre. Il a appelé "mitzvah", ou bonne action, la prise pour cible et le massacre des civils ennemis.Selon des sources israéliennes, une grande partie du camp non-laïc israélien, qui inclut les puissants mouvements religieux et nationalistes-religieux, ont exprimé une profonde satisfaction pour le deuxième massacre de Cana, qui a eu lieu le 31 juillet avec pour conséquences la mort de 60 ( ?) civils libanais, 37 d'entre eux étant des enfants et des bébés. L'armée israélienne avait tout d'abord prétendu que des combattants du Hezbollah se trouvaient à l'intérieur du bâtiment de 3 étages visé par l'armée de l'air israélienne. Cependant, les commandants militaires israéliens ont changé leur récit de l'atrocité le mardi 2 août, reconnaissant qu'ils n'avaient aucune preuve que des combattants de la résistance étaient parmi les civils massacrés dans le bombardement. Quelques fonctionnaires israéliens ont fait des excuses pour le carnage, faisant de la peine aux rabbins et aux sages talmudiques qui soutiennent qu'Israël ne devrait pas faire d'excuses pour le massacre des civils ennemis, puisque, selon la Halacha (la loi religieuse juive), il n'y a aucune chose telle que des civils et des innocents en temps de guerre.Même les enfants des ennemis peuvent être massacrésCe n'est pas la première fois que de telles décisions sont publiées. Il y a presque deux ans, un groupe d'éminents rabbins a conseillé à l'armée israélienne de "ne pas hésiter à massacrer les civils palestiniens, enfants inclus".Dans une lettre à Shaul Mofaz, alors ministre de la défense, les rabbins, qui représentent le courant dominant du judaïsme orthodoxe, ont écrit que "tuer les civils est chose normale en temps de guerre" et que l'armée israélienne "ne devrait pas hésiter à tuer les civils non-Juifs pour sauver les vies juives"."Le précepte Chrétien : 'tendre l'autre joue' ne nous concerne pas, et nous ne serons pas impressionnés par ceux qui préfèrent les vies de nos ennemis à nos vies", disait la lettre, signée par des douzaines des rabbins, dont Haïm Druckman, un ancien membre de la Knesset dirigeant d'un grandmouvement religieux de jeunesse connu sous le nom de Bnei Akiva Society. Parmi les autres signataires on trouve : Elizer Melamed, dirigeant de l'école supérieure religieuse de Cisjordanie ; Youval Sharlo, dirigeant de l'école supérieure talmudique de Petah Tikva, qui combine les études talmudiques et le service militaire d'active ; et Dov Lior, le rabbin de Kiryat Arba près de Hébron. Lior, qui avait appelé Baruch Goldstein, le juif meurtrier de masse, un "grand saint", a soutenu "qu'il est très clair à la lumière de la Torah que les vies juives sont plus importantes que les vies non-Juives". "Un millier de vies non-Juives ne valent pas l'ongle d'un juif" Le 25 février 1994, Goldstein assassina 29 Palestiniens innocents qui priaient dans la Mosquée d'Ibrahim au centre de Hébron.
Les vies juives ont plus de valeur
Les édits talmudiques qui encouragent l'armée israélienne à prendre pour cible des "civils ennemis" se basent sur plusieurs injonctions talmudiques aussi bien que sur des passages de l'Ancien Testament, dans lesquels les israélites sont chargés par Yahvé de massacrer chaque homme, femme et enfant de la terre de Canaan et de ne pas laisser un seul être en vie. De fait, beaucoup de rabbins juifs partisans du ciblage de civils ennemis en temps de guerre s'appuient sur des passages bibliques tels que Josué 6-20 : "Le peuple poussa des cris, et les sacrificateurs sonnèrent des trompettes. Lorsque le peuple entendit le son de la trompette, il poussa de grands cris, et la muraille s'écroula ; le peuple monta dans la ville, chacun devant soi. Ils s'emparèrent de la ville, (6:21) et ils passèrent au fil de l'épée tout ce qui était dans la ville, n'épargnant ni hommes, ni femmes, ni enfants, ni vieillards, jusqu'aux boeufs, aux brebis et aux ânes." Il y a aussi de nombreux passages indubitables du Talmud babylonien qui voient les non-juifs comme des animaux dont la vie a peu ou pas d'importance. Le Premier ministre israélien Ehud Olmert a publiquement déclaré en juin que "les vies juives ont plus de valeur que les vies non-Juives". Des édits talmudiques de ce type ne devraient pas être traités par-dessus lajambe. En effet, avec presque 50% d'officiers de haut rang de l'armée israélienne endoctrinés par l'idéologie talmudique et affiliés au "camp nationaliste-religieux", les édits talmudiques ne risquent pas de tomber dans des oreilles de sourds au sein de l'armée israélienne. Ceci devrait expliquer, au moins partiellement, les brutaux massacres de civils libanais et palestiniens par l'armée israélienne sans le plus léger remords ou scrupule. Traduction de Petrus Lombard

larguet 17/02/2009 15:22

MASSACRE DE LA GBGrèce (1946-49)
Malaisie (1948)
Egypte (1956)
Irlande du Nord (depuis 1969)
Malouines (1982)
Irak (1991-2003)
Yougoslavie** (1999)
Afghanistan (2001)
Irak (2003-08)MASSACRES DE LA FRANCEAlgérie (1945)
Madagascar (1947)
Maroc (1947)
Côte d'Ivoire (1949)
Indochine (1946-54)
Egypte (1956)
Algérie (1954-62)
Liban
Tchad
Irak (1991)
Rwanda (1994)
Yougoslavie (1999)
Afghanistan (2001-08)

LARGUET 17/02/2009 15:20

MASSACRES DES JUIFSLES AUTEURS ET LEURS VISTIMES !
 
 
Dans l'antiquité, sous Assuérus, 70.000 non juifs, sont massacrés à l'instigation des juifs, le jour que les youpins célèbrent chaque année sous le nom de Pourim.
La veille de la sortie d'Egypte, massacre de tous les premiers nés des familles égyptiennes.
A la naissance de Jésus Christ, massacre général des saints Innocents dans toute la Palestine, dans l'espoir de tuer l'Enfant-Dieu.
Ils arrachent à Pilate la condamnation à mort du Sauveur.
 Ils lapident saint Etienne.
Ils poursuivent et font massacrer les apôtres.Neron avait pour conseiller en chef le juif Attilius et pour favorite la juive Poppée, qui l'incitèrent à massacrer des centaines de mille de chrétiens.
Le livre Juif "Sepher Juchasin" (Amsterdam 0717) rapporte qu'au temps du pape Clément (91-100) les juifs mirent à mort, à Rome et au dehors, "une foule de chrétiens innombrables comme les sables de la mer."
Dion Cassius, le grand historien, dans son "Histoire romaine"  (traduction Anthoine de Bandole, 1660), écrit : "Durant ce temps, les juifs qui habitaient le long de Cyrène, ayant pour capitaine un certain Andréas, tuèrent tous les Grecs et les Romains, mangèrent leurs chairs et leurs entrailles, se baignèrent dans leursang et se vêtirent de leurs peaux. Ils en firent mourir certains fort cruellement, en les sciant depuis le sommet de la tête tout à travers le milieu du corps ; ils les jetèrent aux bêtes et contraignirent les autres à combattre l'un contre l'autre, tellement qu'ils en firent mourir 220.000. Une semblable et pareille cruauté exercèrent-ils en Egypte et dans l'ile de Chypre, ayant pour chef et conducteur de leur cruauté un certain Artémion. En l'ile de Chypre, ils massacrèrent 240.000 personnes, à cause de quoi il n'est plus permis à aucun juif d'y descendre".
Une note de Guizot, dans "Le déclin et la chute de l'empire romain", de Gibbon, dit aussi: "Dans Cyrène, ils massacrèrent 220.000 Grecs, 240.000 dans l'ile de Chypre, et en Egypte une très grande multitude d'habitants. La plupart de ces malheureuses victimes furent sciées en deux, conformément à l'exemple que David avait autorisé pour sa conduite."
" Le livre juif "Sepher Hadoroth" nous apprend que Rebbenu Jehouda possédait la faveur de l'empereur Antoine le Pieux. "Il lui désigna la malice des Nazaréens comme cause d'une maladie pestilentielle et obtint la mort de tous les Nazaréens qui se trouvaient à Rome en l'an 3915 (a.d.155). Le même livre nous indique que ce fut par l'influence des juifs que Marc Aurèle fit massacrer "tous les Nazaréens qu'il put", en l'an 177. (De ces nazaréens furent saint Pothin et 47 de ses fidèles, dont sainte Blandine avec les chrétiens Macturus et Sanctus).
Le même juif nous dit comment les juifs purent s'en donner à cœur joie sous le monstre Caracalla, "la bête féroce d'Ansonie". Le "Sepher Harodoth" dit qu'en l'an 3974 (a.d.214) "les juifs tuèrent 200.000 chrétiens à Rome et tous les chrétiens de Chypre".
Le éSepher Juchasin", livre juif, dit aussi à la page 108: "Sur le désir des juifs, Dioclétien tua un grand nombre de chrétiens, parmi lesquels les papes Caius et Marcellinus, de même que les frères de Caïus et sa sœur Rosa".Le Tsar Nicolas II et sa famille le furent par des juifs, Alexandre de Yougoslavie et Barthon par le Juif Peter Kalmen, Huey Long par le jui f Weiss, l'archiduc François-Joseph par le juif Princip, l'a rchiduc Rodolphe par une juive, il y eut de nombreux assassinats judéo-maçonniques du tsar Alexandre, de Gustave III, Louis XVI, Gareira Moreno, le roi Carlos, Doumer, de Lambrecht, Morès, le juge Prince, Felix Faure, Abraham Lincoln, Stolopyne, le comte Tisza.
Horribles pogromes de chrétiens, par les juifs Szamuely et Bela Khun, juif et dictateur communiste de Hongrie qui, en 100 jours, fait massacrer 80.000 chrétiens (1918).
Le plus grand pogrome de l'histoire, la Russie sous le joug de Trotsky, Sverdloff, Zinovieff, Kemeneff, Litvinoff, Yagoda, Joffe, Kaganovitch, Karakhan, Levine, Rappaport, Parvus-Halphand, Radek-Sobelsohn, Garine, etc.... Un million neuf cent mille évêques, prêtres, princes, nobles, riches, officiers d'armées et de police, bourgeois, instituteurs, ingénieurs, ouvriers et paysans martyrisés en 18 mois; trente millions morts de faim et d'épidémie dues à la famine artificielle depuis 1917. (chiffres du Dr.Fritjof Nansen, de la Croix Rouge Internationale).
Sous le juif Kurt Aisner et les frères Levine, massacre des otages de Munich, Bavière.
Immense pogrome judéo-communiste en Espagne où, depuis onze mois, 400.000 Espagnols chrétiens ont été massacrés, (en dehors des lignes de feu), pour leur foi religieuse et nationale, sous le règne des juifs Zamorra, Azana, Rosenberg.
Immense pogrome judéo-communiste qui a couté la vie à dix millions de chinois depuis quinze ans en Chine, dans les provinces sous contrôle soviétique. Massacres et famine artificielles terribles.
Nous ne nommons que les principaux de ces innombrables pogromes de personnes et de populations entières. La vie des Saints, l'histoire de l'antiquité, du moyen âge et des temps modernes en sont remplies. Et, partout, quand les juifs en furent châtiés, ils ne subirent pas le dixième du mal qu'ils avaient infligé aux races qui les hébergeaient.
Les juifs dans l'histoire du monde, apparaissaient comme un peuple de persécuteurs féroces et non comme une minorité persécutée. Ils ont essayé, par leur propagande, de faire croire le contraire à l'opinion générale, mais les faits sont là qui les accusent, même dans les livres juifs.
 
 
 

larguet 17/02/2009 15:19

MASSACRES DES USAChine (1945-49)
Philippines (1945-53)
Grèce (1946-49)
Porto-Rico (1950)
Corée* (1950-53)(plus de 2.000.000 de civils tués)
Iran (1953)
Guatemala (1954, 1960, 1967-69)
Indonésie (1958)
Liban (1958)
Panama (1958)
Cuba (1961)
Congo (1964)
Indonésie (1965 - putsch soutenu et organisé par les USA: 1.000.000 de morts)
Pérou (1965)
République Dominicaine (1965)
Viêt-Nam (1961-75)
Cambodge (1969-70)
Laos (1964-1973) (les guerres américaines dans les trois pays ci-dessus ont coûté la vie à 4.000.000 de civils)
Chili (1973 - putsch soutenu et organisé par les USA)
Grenade (1983)
Liban (1984)
Libye (1986)
Salvador (années 1980)
Nicaragua (années 1980)
Panama (1989-90)
Irak (1991-2003 - 1.000.000 de morts en comptant les victimes de l'embargo - surtout des enfants)
Bosnie (1993-95)
Somalie (1992-94)
Croatie (1995)
Soudan (1998)
Afghanistan (1998)
Yougoslavie** (1999)
Afghanistan (2001-08)
Irak (2003-08)
Somalie (2007

Larguet 17/02/2009 15:18

En réponse à ce que cette dame a fait publier je vous envoie une série de 5 articles que je vous prie de bien vouloir faire publier  et par la même occasion je demande à cette même personne de me donnezr une date effectivedans l'histoire ou des musulmans ont provoqués des massacres. Ce qui se passe actuellement est provoqué par Israël, l'Europe et les USA. Les arabes en général, et les palestiniens quand ils réagissent c'est tout à fait normal.Ces 5 articles sont ;Massacres des USAMassacres de la GBMassacres de la FranceMassacre des JuifsLes rabbins autorisent les massacres.

Articles Récents